Music Publications
[Order Form]
[Name Index]
[Classified Index]
 
 
A-R Home
Digital Audio
Publications
List
Production Services
Guest Book
E-Mail A-R
 

Recent Researches in the Music of the Renaissance

Jean de Castro
Chansons, odes, et sonetz de Pierre Ronsard (1576)
Edited by Jeanice Brooks
 
R97 ISBN 0-89579-289-3 (1994) xxvi+179 pp. $70.00
  ISBN 978-0-89579-289-1 (13-digit)    

Castro's fascination with the poetry of Ronsard, manifested in numerous settings of his verse in the early 1570s, culminated in the publication of this volume, entirely devoted to chansons on Ronsard texts. Containing some of Castro's best music for four, five, and eight voices, the collection represents an imaginative and attractive response to the work of France's leading poet of the era.

Music Sample

Contents 
Amour, dy moy de grace/Mais je te pry dy moy, est-ce point le Dieu Mars/Pauvret (respond Amour) et quoy ignores tu; Amour me tue, et si je ne veus dire/Il est bien vray, que ma langueur desire/Tay toy langueur: je sen venir le jour; De peu de bien on vit honestement; Si le ciel est ton pays et ton pere/Que viens tu fair' (ô cruels) en la terre?; Quand je dors je ne sens rien/ Toutesfois je suis vivant; Je te hay bien (croy moy) maitresse; Mignonn', allon voir si la rose/Las, voyés comm' en peu d'espace/Donc, si vous me croiés, mignonne; Ah je meurs, ah baise moy; Las, où fuis tu? atten encor un peu; Si je trepasse entre tes bras, madame; Quand je vous voy, ma gentille maitresse/Par tout mon chef le poil rebours se dresse


Je ne saurois aymer autre que vous/Vos yeux me sont si gracieus et dous; La nuict m'est courte, et le jour trop me dure/Vostre je suis, et ne puis estre mien; Mignonne, levés-vous, vous estes paresseuse/Hier en vous couchant, vous me fistes promesse; Mon Dieu, que j'aim' à baiser les beaus yeus/Cet oeil besson dont, goulu, je me pais; Je suis homme né pour mourir/ Pource fuyés vous-en, esmoy; Pleut-il à Dieu n'avoir jamais taté/Qui eut pensé, que le cruel destin; Je suis tellement langoureus/J'ay pour mon hote nuict et jour; Quand tu tournes tes yeus ardens; O Pucelle plus tendre; Petite Nymfe folatre; Que dis tu, que fais tu, pensive